arguments publiés

la presse et les éoliennes : il y a du changement

 

  • Le 29 août 2017, le Figaro a publié un article de Denis de Kergolay intitulé " très chères éoliennes" et en sous-titre :« Si l’on continue à ce train, avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d’être des campagnes. »
    • ....Si l’on renonce à cette prolongation pour un tiers des outils existants, en leur substituant, comme l’indique la loi sur la transition énergétique de 2015, des installations éoliennes et accessoirement photovoltaïques, cela coûtera, en termes d’investissement, un surplus de 93 milliards d’euros (estimation par un groupe d’experts indépendants sur la base de celle de la Cour des comptes).

      Encore ce chiffrage laisse-t-il de côté un élément fort important : dans le cas des centrales actuelles, le réseau de transport du courant est en place, tandis que pour desservir les 17 000 grandes éoliennes supplémentaires qui résulteraient de l’application de la loi sur la transition énergétique, il serait nécessaire de déployer de nouvelles lignes à haute tension dans tout le pays, avec le cumul d’inconvénients que l’on connaît, paysagers, sanitaires, financiers....

      Lire l'article complet  

 

  • Le 27 août 2017, le journal Marianne publie un article sur "les Don Quichotte de Franche-Comté" Par Yves Kengen;
    • "....Pas de quoi rassurer le candidat investisseur. A titre purement informatif, on peut citer le cas du groupe FSB Holding et sa filiale France Energies Finance (FEF), qui proposait des emprunts liés à des champs d'éoliennes et des panneaux solaires, assortis de rendements annuels « garantis » de 5 à 7 %, tout comme le taux d'intérêt annuel annoncé par Velocita. Mais voilà : les 50 millions d'euros récoltés en France n'ont pas servi à financer des projets d'énergies renouvelables… et les investisseurs ont rapidement constaté que les 7 % promis ne leur parvenaient plus. Et pour cause : ils ont été détournés au profit de structures de la maison mère FSB. Dévoilée en janvier 2016 par le Parisien, l'affaire pointe aussi une comptabilité opaque, avec l'existence d'un compte au Luxembourg et des mouvements de fonds suspects vers une firme canadienne. La justice, soupçonnant une arnaque de grande envergure, a demandé la liquidation de la société et une enquête de la police judiciaire est en cours. Les investisseurs spoliés se sont groupés en associations et réclament réparation. Peu de chances qu'ils revoient leur argent, puisque selon les déclarations de l'une de leurs avocates à Paris Match, « nous sommes en présence d'une escroquerie pyramidale de type Ponzi, la même que celle de Madoff, où les sommes versées par les épargnants servent à régler les intérêts des entrants précédents ». Une société n'est pas l'autre, certes. Mais chat échaudé se méfie…3
  • lire l'article complet

 

 

  • Le 7juillet 2017, la cour de cassation a jugé que l’implantation d’éoliennes à proximité d’une maison pouvait justifier l’annulation pure et simple de la transaction; lire dans le Figaro ou la Dépêche et l’arrêté de la cour de cassation

 

  • Le 3 juillet 2017, France 2 explique que la transition énergétique allemande n'est pas une réussite, car pour suppléer les intermittences éoliennes, les allemands ont choisi des centrales à lignites, responsables de pollution.

loin des éoliennes

Actuellement les promoteurs veulent laisser croire aux députés que cet amendement empêcherait les éoliennes en France ! Nous devons défendre cet amendement, pour cela la pétition de la Fed doit remporter un vif succès.Signez et faites signer la pétition 

Au journal de 20 h de France 2 ce mardi 23 février un reportage suite à l'amendement voté par les sénateurs:

France2 23 02 16b 1cet amendement n° 465bis rectifié adopté par le Sénat le 17 février 2016, impose que les éoliennes prévues dans un périmètre de "10 000 mètres autour d'un monument historique ne peuvent être implantées que sur avis conforme de l'architecte des bâtiments de France".

Cet amendement a été soutenu par le sénateur du Lot Jean-Claude Requier

Vous trouverez la vidéo sur Youtube

 

 

Extrait des délibérations du Sénat :

Mme la présidente. - Amendement n°465 rectifié bis, présenté par MM. Barbier, Vall, Requier, Fortassin et Castelli.

Après l'article 33 Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

L'article 553-1 du code de l'environnement est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Les installations terrestres de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent, lorsqu'elles sont visibles depuis un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques ou d'un site patrimonial protégé et visibles en même temps, situées dans un périmètre déterminé par une distance de 10 000 mètres ne peuvent être implantées que sur avis conforme de l'architecte des Bâtiments de France rendu dans les conditions prévues à l'article L. 621-32 du code du patrimoine. »

M. Jean-Claude Requier. - Défendu.

Dans l'Allier, les éoliennes sèment la division

20hfrance2 13 10 15Tous les ans, il y a 500 éoliennes de plus sur le territoire français, mais ces installations ne sont pas du goût de tous. France 2 fait le point.

500 éoliennes de plus sont installées en France chaque année. Cela fait partie de l'engagement français sur les énergies renouvelables.

En 2014, les éoliennes représentaient 3,5% de la production française d'électricité.

Dans l'Allier, les éoliennes font souffler le vent de la discorde entre deux villages. Saint-Clément et Lavoine. À Saint-Cément, les éoliennes sont sur la commune, mais on ne les voit pas depuis le bourg alors que Lavoine n'en possède aucune, mais a hérité d'une vue imprenable sur les éoliennes.

La maison de Claude Scheffer est située à 540 mètres des éoliennes. Il a été obligé d'installer dans sa maison des fenêtres à double vitrage et des volets spéciaux pour insonoriser. Malgré cela, la nuit, il entend les éoliennes. "C'est infernal", souffle le riverain.  

  • visualiser le reportage sur les éoliennes dans l'Allier présenté au 20h  de France 2 du mardi 13 octobre 2015 sur You Tube :

 

 

lu dans le Figaro

 18 septembre 2015:

Un éleveur porte plainte contre un opérateur éolien

Yann jolyYann Joly éleveur dans la somme demande plus de 350 000 euros de dommages et intérêts, lui qui a pourtant signé pour l'installation des éoliennes sur une de ses parcelles... il a constaté que ses vaches produisent 2 fois moins de lait du fait de l'installation d'un parc industriel éolien à moins de 2km de chez lui.

4 septembre 2015 :

un article est paru dans le figaro magasine, il a pour titre : EOLIENNES LE SCANDALE

et pour accroche ;Figma4 09 15

La montée en puissance de l’énergie éolienne terrestre, supposée écologiquement correcte, s’accompagne de nuisances graves et de scandales multiples ; défiguration des paysages, dégâts sanitaires, dépréciation immobilière, soupçons de corruption. Face aux promoteurs, des associations se mobilisent et multiplient les actions en justice.

la photo montre un pac éolien dans la Beauce

télécharger le document complet340 figmag4 09 15 c340 figmag4 09 15 c (5.86 Mo)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/09/2017